Se libérer du vaginisme

Se libérer du vaginisme

Répertorié dans la catégorie intitulée « Douleur génito-pelvienne / trouble de la pénétration » dans la version 2013 du DSM, le Manuel Diagnostique des troubles mentaux, le vaginisme touche de 5 à 10% des femmes, selon les statistiques. Ce trouble psychique du comportement sexuel rend toute pénétration impossible et ses répercussions psychologiques sont souvent difficiles à supporter.

Aujourd’hui, les médecins savent qu’au-delà du simple problème psychologique peut exister un obstacle physique bien réel. Quelle qu’en soit la cause, il est tout à fait possible de se libérer du vaginisme. Décryptage d’un mal inconnu et des moyens de s’en débarrasser.

 

Le vaginisme : un trouble du comportement sexuel mal connu

D’un point de vue médical, le vaginisme est une contraction musculaire involontaire des muscles entourant le vagin. Ainsi, même si la femme est tout à fait disposée à avoir des relations sexuelles, la pénétration reste impossible, le vagin étant contracté de manière réflexe non consciente. Les femmes qui souffrent de vaginisme vivent cette maladie comme un véritable tabou et n’en parlent généralement que très peu.

A l’origine du vaginisme, il y a la peur d’être pénétrée. Cette peur ne concerne pas uniquement le sexe masculin : elle est liée à tout corps étranger, la patiente vivant l’intromission comme une agression venant de l’extérieur.

 

Les femmes qui souffrent de vaginisme peuvent-elles vivre une sexualité normale ?

La pénétration ne représentant pas la totalité de l’acte sexuel, beaucoup de femmes parviennent à avoir une sexualité normale avec des plaisirs différents. On fait l’impasse sur le plaisir vaginal et on se concentre plus sur le plaisir anal et oral ainsi que sur les autres parties érogènes du corps. On découvre de nouvelles sensations. Le blocage ne se fait que sur la pénétration et non pas sur les autres sources de plaisir. Certains couples mariés depuis des années ne se décident à consulter seulement lorsque leur désir d’avoir un enfant est très fort. C’est à ce moment-là, d’ailleurs, que beaucoup de femmes découvrent exactement de quoi elles souffrent.

A noter également que dans certains cas, le vaginisme se produit au bout de quelques années de vie commune, alors que la femme atteint la quarantaine ou la cinquantaine, qu’elle a eu des enfants et qu’elle n’a connu aucun problème de cet ordre auparavant.

 

Comment guérir du vaginisme ?

Principalement lié à un problème psychologique, le vaginisme est une maladie qui se combat par la parole avant tout. Le plus difficile est d’identifier son mal être, de pouvoir mettre un nom sur le problème. La patiente doit donc être capable d’exprimer verbalement sa souffrance et, parfois, la simple matérialisation du trouble permet de débloquer la situation.

Les thérapies de couple peuvent également produire de bons résultats, l’homme pouvant aider sa compagne à guérir. Alors que le vaginisme peut être la source de disputes et de conflits, voire de ruptures, l’inverse peut être vrai également, certains dysfonctionnements dans le couple pouvant être à l’origine du vaginisme.

Il est important, avant tout, que la femme prenne conscience de son corps et de sa féminité. Avant de pouvoir s’offrir à quiconque, il faut maîtriser son propre corps et ne pas en avoir honte. Avec l’aide d’un sexologue, une femme peut apprendre à reprendre possession de son corps, à s’auto-observer. Elle devient alors actrice de sa guérison et les exercices à domicile l’aident à venir à bout du cercle vicieux dans lequel elle se trouve, associant le sexe à la douleur. L’apprentissage se fait par étapes ; la connaissance de son propre corps, l’identification des muscles qui entrent en jeu lors de l’acte sexuel et l’accoutumance à la pénétration, petit à petit.

Se libérer du vaginisme, c’est réapprendre à maîtriser son corps avant tout, le temps, la motivation et la patience contribuant largement au processus global.

 

La psychothérapie comportementale pour traiter le vaginisme

Le but de la psychothérapie est de modifier le schéma corporel erroné du cortex de la patiente. A l’aide d’un hystéromètre (une petite tige en plastique très fine) qu’elle introduit elle-même, cette dernière prend pleinement conscience de la longueur de son vagin. Lorsqu’elle se rend compte qu’une pénétration sans douleur est possible, des rapports sexuels avec pénétration peuvent êtres envisagés.

 

Le recours aux kits de dilatateurs vaginaux

Disponibles en pharmacie et sur Internet, les dilatateurs vaginaux permettent à la femme d’explorer elle-même son vagin, à son rythme, pour vaincre le vaginisme.

 

Différentes techniques peuvent être utilisées pour se libérer du vaginisme et de la pénétration impossible. Selon les patientes, les progrès se font plus ou moins rapidement, la clé de la réussite se trouvant dans la patience et la connaissance de son corps avant tout.

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le sur les réseaux sociaux !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *